Sportifs de haut niveau >

jo 2024: PARIS veut convaincre

« Il est important de comprendre le cycle de vie du projet [olympique], explique Michaël Aloïsio, directeur général adjoint de Paris 2024. Aujourd'hui, nous sommes dans une étape où nous devons convaincre les étrangers de nous donner les Jeux. Si nous ne comprenons pas cela, le 13 septembre, les Jeux ne seront pas à Paris. »



Une manière, aussi, d'essayer d'éviter de reproduire les erreurs du passé : lors de la candidature de Paris 2012, jugée a posteriori trop « francocentrée », la formule « L'amour des Jeux » n'avait pas été traduite en anglais.

Créer un « contexte international favorable »

Le slogan de Paris 2024 remplace la formule « La force d'un rêve », utilisé en début de campagne. Sur le site de la candidature française, le hashtag #ShareParis s'est déjà fait une belle place. Concurrente de Paris, avec Budapest, Los Angeles a déjà fait connaître sa formule : « Follow the sun » (Suivez le soleil).

Au-delà des slogans, dans la bataille de communication que constitue toute campagne pour l'obtention des JO, le vendredi 3 février est une date-clé, celle du début de la promotion internationale. En clair, les membres de Paris 2024 sont désormais autorisés à promouvoir la candidature de la capitale tricolore lors des grands événements sportifs organisés en France (Mondiaux de hockey sur glace, Roland-Garros, Tour de France…), ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. A l'étranger, les ambassades françaises pourront distribuer des kits ou afficher des drapeaux en faveur de Paris.

Il s'agit de créer un « contexte international favorable » autour de Paris 2024. Mais si la presse mondiale est visée, la cible réelle est bien plus précise : les 87 membres du CIO qu'il faut convaincre – Thomas Bach, le président, et sept membres américains, français et hongrois ne pourront pas voter lors du premier tour, le 13 septembre.

Loin de l'attention médiatique, cette campagne de lobbying a été engagée depuis de longs mois. Interrogé par Le Monde en novembre 2016, Tony Estanguet, coprésident de Paris 2024, disait avoir rencontré une grande partie des membres du CIO lors des Jeux de Rio. Le triple champion olympique de canoë expliquait avoir fait du rafting avec certains d'entre eux.

« L'objectif était de “construire un relationnel” avec eux, relatait-il à propos de son expérience brésilienne. Bien sûr que j'avais travaillé avant, pour savoir qui était qui, d'où ils venaient. Mieux les connaître, c'était commencer à tester ce qui est le plus important pour eux. Est-ce un sport en particulier ? Est-ce le côté politique des Jeux ? Le côté marketing et les revenus ? Dans un deuxième temps, et c'est ce que nous sommes en train de faire, il s'agit de les recontacter avec des éléments beaucoup plus concrets, plus adaptés à leurs attentes. »

Turbulences à Los Angeles et à Budapest

Au sein de l'équipe de Paris 2024, on soutient officiellement qu'insister sur les qualités de la candidature française est suffisant, et qu'il n'est nul besoin de souligner les déboires ou les faiblesses éventuelles des autres villes. Une chose est sure : les turbulences que traversent actuellement les dossiers de Los Angeles et de Budapest n'apparaissent pas comme une mauvaise nouvelle pour les soutiens de Paris, même s'ils n'iront pas jusqu'à s'en réjouir publiquement.

Le 27 janvier, le nouveau président américain, Donald Trump, a signé un décret interdisant, pendant trois mois, l'entrée des Etats-Unis aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane – Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Le maire démocrate de Los Angeles, Eric Garcetti, a immédiatement pris ses distances avec cette décision, rappelant qu'il était à la tête d'« une ville d'immigrants ». Les relations entre M. Trump et les soutiens de Los Angeles 2024, plutôt favorables à Hillary Clinton, candidate malheureuse de l'élection présidentielle américaine, sont loin d'être idylliques.

Même si le monde de l'olympisme, souvent amateur de diplomatie douce et de négociations feutrées, n'a pas multiplié les cris d'indignation après le décret du président américain, la mesure n'a pu qu'être mal perçue. Sur Twitter, un membre du CIO, Richard Peterkin – il représente l'île de Sainte-Lucie, dans les Antilles –, a clairement marqué sa désapprobation, estimant cette décision « totalement contraire aux idéaux olympiques ». Il n'est pas allé jusqu'à dire si cela influerait sur son vote à Lima.

Moins médiatisée que ses rivales Paris et Los Angeles, la candidature de Budapest vit, elle aussi, des moments compliqués. En Hongrie, Momentum Mozgalom, un mouvement de jeunes opposé au gouvernement de Viktor Orban et à la tenue des JO dans leur pays, a lancé une pétition, le 16 janvier, pour interroger les habitants de la capitale sur un éventuel retrait de la candidature (voir le site Nolimpia.com, en hongrois). Validée par la Cour suprême de Hongrie, la pétition doit réunir 138 000 signatures en un mois pour que se tienne un référendum. En à peine deux semaines, elle en aurait déjà réuni 70 000.

Signe d'inquiétude ou de prudence, les organisateurs de Budapest 2024 ont annoncé le report de leur campagne internationale, censée débuter, comme Paris et Los Angeles, le 3 février.

Côté français, pas de risque d'être confronté à une telle perspective : l'éventualité d'un référendum n'a jamais été sérieusement étudiée, et aucun mécanisme de pétition ne pourrait contraindre l'équipe de Paris 2024 à s'y soumettre.



Occupation des salles de réunion

Consulter la disponibilité des salles de réunion

Annuaire departemental


Retrouvez, tous les sports praticables dans votre département ainsi que les coordonnées des contacts pour chaque discipline sur http://www.annuairedusport.fr/18.
C'est à vous qu'il revient de nous signaler tout changement ou erreur. Merci.
Bonne consultation !

Les éducateurs sportifs ont obligation de se déclarer !

Les articles L 212.11 et suivant du code du sport, stipulent l'obligation, pour un éducateur sportif rémunéré, lire

les formations du second semestre 2019


Programme formation second semestre 2019

Formation en E-LEARNING

Du 25/10/2019 au 09/11/2019 Presenter ses comptes en AG

A partir du 12 novembre 2019 Assurer et renforcer la pérennité économique de l'association

Pour obtenir des codes d'accés contacter : formation.centre@franceolympique.com


BASICOMPTA


mardi 17 septembre 2019 17H-19H30 Maison des sports de Bourges

lundi 21 octobre 2019 17H-19H30 Maison des sports de Bourges

lundi 18 novembre 2019 17H-19H30 Maison des sports de Bourges

16 decembre 2019 17H-19H30 Maison des sports de Bourges

Autres dates possibles sur demande

contact et inscription: comform.cher@franceolympique.com

Presentation de l'AFDAS (operateur de compétence et fonds de formation)

jeudi 10 octobre 2019 18H 20H Maison des sports de Bourges


Etablir un budget prévisionnel

mardi 8 octobre 2019 17h-19h30 Maison des sports de Bourges


Dynamiser sa communication sur les réseaux sociaux

mercredi 13 novembre 2019 17h20h Maison des sports de Bourges


Connaitre les différentes responsabilités associatives


mardi 10 décembre 2019 17h 20h Maison des sports de Bourges


Contact et inscriptions : comform.cher@franceolympique.com