Actualités sportives >

statut sport professionnel

En commission les sénateurs avaient proposé d'élargir le champ de la taxe Buffet, une contribution sur la commercialisation des droits audiovisuels des compétitions sportives au profit du sport amateur, aux compétitions internationales, et d'instituer la création d'une conférence permanente sur le handisport.
Ces dispositions ont été rejetées en séance. Le texte modifie aussi les conditions de financement des équipements sportifs par les collectivités. Les sénateurs ont ainsi voté un amendement du gouvernement donnant aux collectivités locales la possibilité d'apporter leur garantie aux emprunts contractés en vue de l'acquisition, la réalisation ou la rénovation d'équipements sportifs par des associations ou des sociétés sportives.

Cette question du financement des équipements sportifs a fait l'objet d'échanges fournis entre le secrétaire d'État aux sports, Thierry Braillard, et plusieurs sénateurs, dont Michel Savin, auteur d'un rapport sur le sport professionnel. « Ne soyons pas naïfs, on sait les pressions que subissent les élus. Les collectivités n'ont plus les moyens de financer seules les équipements et nous voulons les protéger », a-t-il déclaré pour soutenir son amendement visant à plafonner à 50 % les dépenses des collectivités pour construire une nouvelle enceinte sportive utilisée majoritairement par une société sportive.

Auteur d'une proposition de loi restée lettre morte, le sénateur de l'Isère proposait notamment d'interdire aux collectivités de recourir au PPP pour financer une enceinte sportive utilisée par un club professionnel. La possibilité d'octroi par les collectivités de garanties d'emprunt était l'une des préconisations du rapport sur le sport professionnel remis en avril dernier au secrétaire d'Etat aux Sports.
L'AMF a déjà fait savoir qu'elle était « défavorable à cette mesure », estimant qu'elle « pose la question du devenir juridique de l'équipement sportif et de son statut en cas de défaillance du club ». Réunie en bureau le 13 octobre, l'association a indiqué qu'elle « n'encourage pas les collectivités territoriales à participer directement à un équipement professionnel », sauf si ce dernier « présente un intérêt en matière de sport de masse ». Un autre article du texte voté mercredi prévoit d'ouvrir aux fédérations sportives la possibilité de contrôle des règles techniques qu'elles éditent et de sanctions en cas de non-respect de celles-ci.

Les équipements sportifs propriétés des communes seraient alors concernés. Ce qui ne devrait pas être du goût de nombreux élus. L'AMF s'est également prononcée le 13 octobre « contre cette mesure ». « Cette proposition de loi répond à une véritable attente du monde sportif. Elle attirera les investisseurs et clarifiera les éléments de rémunération des sportifs professionnels », a conclu Thierry Braillard.



Occupation des salles de réunion

Consulter la disponibilité des salles de réunion

Annuaire departemental


Retrouvez, tous les sports praticables dans votre département ainsi que les coordonnées des contacts pour chaque discipline sur http://www.annuairedusport.fr/18.
C'est à vous qu'il revient de nous signaler tout changement ou erreur. Merci.
Bonne consultation !

BASI COMPTA

Basicompta
Dans la continuité des services d'aide à la comptabilité des associations sportives, un logiciel de comptabilité est désormais opérationnel.
BasiCompta est un logiciel adapté aux associations, développé par le CDOS de la Vienne, cet outil ne nécessite aucune installation sur votre PC.
Il fonctionne directement sur Internet moyennant un coût annuel modeste.
Pour plus d'infos, cliquer ici
Si vous êtes intéressés par ce logiciel, vous pouvez contacter le CDOS du Cher.

Les éducateurs sportifs ont obligation de se déclarer !

Les articles L 212.11 et suivant du code du sport, stipulent l'obligation, pour un éducateur sportif rémunéré, lire